Présentation
Accueil
Historique
Les lois
Le livre d'or
Petites annonces
Temoignage

Photos
Photos d'Algerie
Photos de classes
Vierge Santa-Cruz
Saint Génis/fontaines

Services
Livres
Films Pied-noir
Journaux
Chansons Pieds Noirs
Associations
Bonnes adresses
Locations
Pieds Noirs en France
Recettes

News
Macron nous insulte
Oranais et Choupotois
Harkis et Pieds Noirs
La honte du 19 mars
Santa Cruz 2016
Archives

Sites partenaires
Partenaires Pub
Annuaire Sites amis





Ajouter aux favoris


Moteur de recherche

Accueil Me contacter Ajouter aux favoris

  Flux RSS flux rss


Livre d'or des Pieds Noirs
Il y a 2712 Méssages sur le livre d'or
Pour poster un message cliquez ici.


01234567   8 91011121314151617181920212223242526272829303132333435363738
Méssage de : denis harter      posté le : 3 mai 2014
j'ai habité gambetta rue pachtere au numero 9 j'aimerai rencontrer des gens qui m'ont connus suis né le 17 Mai 1944 à ORAN et pati de cette ville en 1962 vers la France
Mon nom famille HARTER denis familles: florès, deflores,puertas,colomina,lopèz
denisharter@orange.fr

 
Méssage de : liliane48      posté le : 3 mai 2014
bonjour si quelqu'un connait baranco jean-pierre de mostaganem que je n'ai plus revu depuis 62 quelle joie que j'aurai d'avoir de ses nouvelle et savoir où il est mes remerciments signe amical à tout les pieds noir......
G.SARRAZIN@YAHOO.FR

 
Méssage de : editions aloes      posté le : 2 mai 2014
Les Volontaires de la Nouvelle France de Muriel et Yves Carchon

Un beau et bon roman à lire, qui paraît sous la couverture d'une nouvelle maison d'édition basée dans l'Aude : les Editions Aloès. A suivre...

Rien ne vaut un bon livre. Les Volontaires de la Nouvelle France en est un. Ne boudez pas votre plaisir ! Ce roman plein de vie, solidement documenté, retrace une période très méconnue de notre Histoire : celle des premiers colons partis peupler l'Algérie en 1848. A l'époque, pour répondre aux émeutes à Paris et à la faim qui décime nos campagnes, la Monarchie de Juillet lance un programme de peuplement de cette terre conquise militairement depuis 1830. A cet appel, des volontaires se lèvent et répondent présents, bien décidés à commencer une autre vie. C'est l'histoire de leur long et périlleux périple partant des quais de Bercy jusqu'à Marseille, de leur embarquement et de leur difficile installation dans ce nouveau pays que raconte ce roman au ton épique et foisonnant de vie. Jean et Albertine partent du Lauragais, Ange Roquette du fin fond de l'Ariège, Baptiste de l'Aveyron, Justine et Jules ont fui Paris et la révolution manquée...Tous vont se retrouver sur Le Cacique pour traverser la Méditerranée avant de découvrir leur nouvelle terre où le gouvernement avait promis monts et merveilles... Tout est bien sûr à faire : leur courage, leur rage de survivre, la passion qui anime Justine, la mission fraternelle de Jules, l'engagement de Victor et Gustave, l'amour de Jean et d'Albertine entraînent le lecteur dans un voyage qu'il n'oubliera pas de sitôt. On passe de l'émotion au drame, du pathétique au rire... Quoique écrit à deux mains, ce roman ne souffre pas de ruptures : ni de ton, ni de style. Bien au contraire ! Tout se lit aisément, tout est restitué dans ce roman comme si on y était. En filigrane, il nous rappelle que nous avons été nous-mêmes migrants quand la misère frappait à notre porte... Bref, je vous recommande en urgence la lecture des Volontaires de la Nouvelle France : vous y retrouverez peut-être l'histoire de vos ancêtres. Le livre paraît sous la couverture d'une toute nouvelle maison d'édition, les Editions Aloès qui semblent être un gage de qualité.


Les Volontaires de la Nouvelle France, Editions Aloès, 13 euros.www.editions.aloes
editionsaloes@gmail.com

 
Méssage de : sacha2003      posté le : 1 mai 2014
en reponse a chloe je suis ne a oran arrive en France fin juin 1962.car militaire et le gouvernement avait peur de notre reaction.des jeunes ont été incorpores d office et envoyees en France pour les memes raisons.tres mal recus en France a cause de la propagande.les pieds noires sont des pauvres gens.
jean-pierre.pira@wanadoo.fr

 
Méssage de : jojo      posté le : 1 mai 2014
cherche deseperent depuis 62 mes amis du quartier St Pierre: ALAIN VELA, ANDRE MATEO, RICHARD HALIGAN,MARIE-FRANCE DAGUENET,GERARD BENBARUCK,LES FRERES JOSE ET JESUS GONZALEZ.MERCI DE ME CONTACTER.JE VIS AU MOZAMBIQUE DEPUIS 06/86 ET RENTRE DEFINITIVEMENT MI MAI 2014
jojoran24@yahoo.com

 
Méssage de : popol      posté le : 28 avril 2014
bonjour a toute et a tous , sa fait vraiment plaisir devoir chaque personnes recherche ces amis-es d'enfances sa montre encore que nous somme la les pieds noir merci
paul.alarcon@sfr.fr

 
Méssage de : RPorcel      posté le : 28 avril 2014
Merci a tous les amis qui m'envoient les condoléances pour mon cher mari. Madame Porcel
regine.porcel@orange.fr

 
Méssage de : Djelloul Sabraoui      posté le : 28 avril 2014
je suis à la recherche des membres de la famille de Chapuis Lucien Aimé dit Roger nés à Trois Marabouts en Algérie.Je veux avoir des nouvelles d'eux.Djelloul
sadj4601@gmail.com

 
Méssage de : nataloche      posté le : 28 avril 2014
Bonjour
je recherche des photos de mon arriere grand mère qui etait institutrice a oran elle s appelait Chemoul.
Merci
nmirq41@gmail.com

 
Méssage de : jean claude      posté le : 28 avril 2014
Bonjour à tous. question aux amis de Bône..je cherche à contacter celles et ceux qui ont habités rue Lemercier.merci.. jean claude
ducdcars@aol.com

 
Méssage de : Calypsogatto      posté le : 28 avril 2014
Bonjour à tous, étudiante en Sociologie en Sicile, j'ai souhaité présenté un projet sur lHISTOIRE DES PIED NOIRS, sujet très peu connue en Italie. Ma grand mère est née à Casablanca en 1944 et a été rapatriée à Marseille durant les évènements en Algérie. De ce fait, de petite j'ai été très sensibilisée à votre histoire. Aujourd'hui, je voudrais pouvoir la raconter à mon université, ici à Ragusa. Je n'ai hélas que très peu de temps (exactement une semaine) pour rédigée ce devoir. Je suis à la recherche de personnes qui voudraient TÉMOIGNER et raconter l'expérience qu'ils ont vécus. Si vous pouviez répondre aux questions suivantes :
- Une présentation de soi (lieu de naissance, enfance en Algérie, Tunisie ou Maroc, sentiments, anecdotes ...)
- Lé départ du pays (Quand , comment , émotions ressentis, climat social ...)
- L'arrivée dans le pays d'accueil par exemple la France (Ou? , logement, émotions , anecdotes ...)
- L'accueil de la population et l'intégration
Je remerçie d'avance les personnes qui répondront à mon appel, je vous informe que tous les témoins seront anonymes si ils le souhaitent dans mon projet.
Toutes les réponses sont ouvertes , je suis intéressée par tout ce que vous voudriez me raconter.
Mon intention est de raconter à la région sicilienne votre histoire, sujet comme je l'ai dit, très peu connu par la population italienne.
Si vous le désirez, il n'y a pas de problème pour vous envoyer par la suite mon devoir en français .
Contactez moi sur chloe-difalco@hotmail.fr.
A très vite, Chloé.
difalco-chloe@hotmail.fr

 
Méssage de : rachidliga      posté le : 27 avril 2014
Je cherche paul parodi ne a tlemcen en 1948 ou son cousin Jean louis brenguier lui aussi ne a tlemcen. Ayant tous deux frequente l'école duffaut tlemcen merci
rachid_liga@yahoo.ca

 
Méssage de : atmane      posté le : 2 avril 2014
jaimerai bien savoir les nouvelles de monsieur Fouchet qui était mon institeur de francais à lecole paul langevin à sidi bel abbes entre les années 1963 et 1969
specialiste007@hotmail.fr

 
Méssage de : kadour      posté le : 17 avril 2014
bonjour à tous je suis kouifien je recherche la famille pisanu pierre du kouif Algérie natal rêne titi ont a habites au village Constantine leurs fille marie claire Danielle patriciat pierre je vous remercie d'avance
mekideche1965@hotmail.com

 
Méssage de : ancien eleve natif d Ain Tmouchent      posté le : 16 avril 2014
Riche Saïd ancien élevé du C E T D AIN Temouchent et ancien prof des collèges et Lycée les Palmiers d Oran Algérie ancien Normalien de l E N N E T d El Harrach Alger et ancien Directeur des Collèges CEM désir prendre contact avec des anciennes connaissances (élèves ,professeurs ou autres) mon adresse Ain Temouchent. -Ismaïl:richesaid26@gmail.com .

 
Méssage de : SERGE      posté le : 15 avril 2014
RECHERCHER FAMILLES OU PERSONNES DE ST BARBE DU TLELAT QUIONT CONNUE MES PARENTS MR LOPEZ joseph MA MERE CARMEN NEE CARCELES J AI UNE SOEUR HUGUETTE ET UN FRERE JEAN MARC
CATHERINELOPEZ63@AOL.FR

 
Méssage de : annie      posté le : 13 avril 2014
Bonsoir,
je suis toujours a la recherche de 2 amies d'enfance. LINA ZAOUI et Marie Joseph MENGUAL, nous allions a l'école de la rue de DIJON à BAB EL OUED, si vous les connaissaient Merci de bien vouloir me renseigner.
Je m'appelle ANNIE BONNET
annie.verne@free.fr

 
Méssage de : Jacklyn      posté le : 8 avril 2014
Mon oncle. et ma tante La Rosa Édouard et son épouse née Llorca Marie Thérèse ,ont été assassinés ,ils n ont pas disparus
J étais très jeune et je me souviens de l immense chagrin et des larmes versées et cela restera toujours dans ma mémoire , cette ferme ou nous aimions jouer mes cousins mes cousines et moi ,cet endroit merveilleux s est transformé en cauchemard
Le Jacklyn.palabaud@hotmail,fr.

 
Méssage de : Albouy Guy-Noël PN de Blida      posté le : 6 avril 2014
Bonjour,
J'aurais simplement voulu signaler à genevieve_PN_de_Blida qu'elle (il) attende une prochaine visite de PN, parce que parler toujours de ce même couple depuis des années commence à faire un peu vieillot non ? ;-)) Et puis ça encombre ce lieu d'échanges qui est bien sympathique sans ça.
guy-noel.albouy0602@orange.fro

 
Méssage de : cocojp      posté le : 6 avril 2014
toujours colette charrache .quequ'un pourrait-il me dire comment s'appelle maintenant la rue qui part du ciné "aréla" et qui arrive à la gare! j'habitai la maison "assoun et carpanéti pres de la station "shell"
joseph.soubelet@sfr.fr

 
Méssage de : Oumadour      posté le : 5 avril 2014
Bonjour je cherche Mr Mariano Antoine ancien Directeur de l'école primaire de Sidi Moussa Algérie,il a quitté l'Algérie en 1966 ,son fils Pierrot Journaliste au Maroc,Mr Courly j'ai oublié son prénom il était instituteur à Sidi Moussa,il avait 02 filles Chantal et Monique,Mr Marzuoli Pascal et son frère Hugues,Mlle Moll.
handicap_aide@yahoo.fr

 
Méssage de : oranne      posté le : 4 avril 2014
Retourner sur la terre d'enfance n'est pas anodin, bousculant je dirais mais, je le dis à ceux qui seraient tentés ou dubitatifs que c'est une source de bonne émotions, des joies que l'on imagine à peine et, pour finir, un sentiment de paix. Ce voyage effectué en 2013 a été une réparation, j'y retournerai car tout, de l'accueil, des odeurs, des couleurs m'y attireront toujours.
j'ai retrouvé la ferme familiale de Relizane, mon environnement de Perregaux et retrouvé une camarade d'école perdue de vue depuis 55 ans !
orannie9g@yahoo.fr

 
Méssage de : familles      posté le : 4 avril 2014
a tout les personnes qui en connue un lucien cerdan a Casablanca . soie aux roches Noires ou bien le maarif.me contactez sois sur mon mail ou bien sur faceboog. mon mail max.coloma@malmo.com mercie -
max.coloma@malmo.com

 
Méssage de : kader      posté le : 4 avril 2014
sincères condoléances a la famille du regrette porcel boxeur si mes souvenirs sont bons ils etait 3 freres tous boxeurs et ils s'entrainais a la ssalle cerda a cote de la piscine bastrana sous la houlette de deux entraineurs barriba et capel il y avait aussi les fres vargas a l'epoque 1959 1960.
oualidjaffar@yahoo.fr

 
Méssage de : cocojp      posté le : 3 avril 2014
aimerais bien retrouver l'aspirant ESPIASSE classe 60-1A commando: kimono16 originaire de sidi bel abes
joseph.soubelet@sfr.fr

 
Méssage de : aude 1936hotmail@orange.fr      posté le : 1 avril 2014
DECE Du Boxeur Mr. Tony PORCEL
Mr.Porcel était un copain de jeunesse de mon ex-mari Gilbert Ballester. Mon fils Eric à connues ses filles Régine et Christine à Alicante et y a assisté au mariage
de la 3eme soeur.
Nous présentons nos sincères condoléances à la famille.
Odette. tolino@orange.fr

 
Méssage de : coco jp      posté le : 31 mars 2014
je suis colette charrache nee en1943 mon papa était policier il est décédé à95 ans le 22 juin 2013 j 'aimerais retrouver des copines de l'ecole sévigné à Guelma et de tebessa ou j'ai travaillé à l'hôpital civil amicalement à tous!!!! jai quitté Guelma en1960
joseph.soubelet@sfr.fr

 
Méssage de : mustapha      posté le : 31 mars 2014
salut pour tous je suis un jeune algerien nè a relizane en 1962 jhabite a relizane au plaisir de vous contacter mon skype et condor4849 si vous avais besoin de reinseignemnt au plaisir merci
mus48@hotmail.fr

 
Méssage de : oranie76      posté le : 31 mars 2014
Je recherche 2 photos des escaliers a coté de la posada espagnole et du kiosque de marie place emerat oran marine merci d avance de transmettre a tous nos amis de la marine- Yvette Blanco-BROCHET
ORANIE76@FREE.FR

 
Méssage de : titeleu      posté le : 3 mars 2014
je recherche gilbert larique soldat français qui a fait la guerre en algerie
evelynecharrier@sfr.fr

 
Méssage de : gilbert      posté le : 3 mars 2014
bonsoir je viens de regarder les photos de classe d'Hussein dey mais y a pas de date serait il possible de les rajouter merci et est il possible d'en rajouter car j'en ai en ma possession merci de me répondre merci quand meme à l'administrateur du site
gilloris@yahoo.fr

 
Méssage de : nouredine hamrani      posté le : 29 mars 2014
salut les copain de la rue remon poincaree de blida j ai envie de contacter les amis de l epoque Mr LAMBARD est ces fils ALAIN GILBERT Et LUCETTE ils etaient voisins avec le policier mr SONCINNITI ainsi que mr ALVADO il avait un garage nous etions tres attachee et d un liens de familliale c etait vraiment formidable domage il a eu cet malentendu des evenements de l epoque 1962 salutations a tous qui connaitra cette famille veuillez me contacter a se email
hamozo09@hotmail.fr

 
Méssage de : guycl      posté le : 27 mars 2014
recherche Pierre Barral boucher à Rouïba 1960-62 marié à Josette de l'Alma dont les grands parents tenaient un petit restaurant
guycl@orange.fr

 
Méssage de : Madourais      posté le : 27 mars 2014
Bonjour, mes amis de classe de l'école primaire de Sidi Moussa Algérie de 1955 à 1962 qui sont Messieurs Torres Jean Paul,Fernando Jean Louis,Charbonneau Patrick,Chavagnat Jean Marc,les Frères Juan ,Bénéjean Nino, mes instituteurs et institutrices Mr Courly qui avait 02 filles Chantal et Monique,Mr Marzuoli Pascal et Hugues,Mme Bagur,Mr Pinson, Mr Lautrette,Mme Legrand
Mr Fons,Mr Legendre,Mr Blick,Mr Serri, Mlle Mol et notre Directeur Mr Mariano Antoine et son épouse et leur fils Pierrot.Je porte à votre connaissance que je suis Mr Oumadour Aissa âgé de 65 ans,Retraité,Marié 06 enfants, Président d'une association des handicapés dont voici notre site http://handicap-aide.over-blog.com/ pour le visiter.Je demande à toutes ces personnes de me contacter et je serai ravi d'avoir leurs nouvelles.Mes sincères salutations.
handicap_aide@yahoo.fr

 
Méssage de : lucette      posté le : 27 mars 2014
bonjour,
Louis garrigos de Bel-Air à Oran est à la recherche de Mr Morales Christian qui habitait au 16 rue Amédée Dieuzaide dans le même quartier,immeuble de Mme Bollard.toutes celles et ceux qui le connaisse ou qui l'on connu ,contactez par e.mail /louis.garrigos@neuf.fr ou à défaut par tél au 06.03.78.14.92*24x24h.En vous remerciant à tous si vous pouvez aider Louis dans cette recherche ,Amitiés Lucette
lucette.valentin@free.fr

 
Méssage de : yamine le bodjien      posté le : 27 mars 2014
salut je cherche des photos de madame le leu maire de bordj bou arreridj de 1948 a 1958 merci davance
minou.187@hotmail.com

 
Méssage de : TAYEB      posté le : 26 mars 2014
BONJOUR
J'AI FRÉQUENTE L’ÉCOLE ARDAILLON SIDI MABROUK CONSTANTINE DE 1957 A 1963 ET
J 'AI HABITE A LA RUE MARCEL BEL
J'AI EU COMME MAITRESSE MLLE GUEDJ.
LYCÉE D'AUMALE 1963-1971
CORDIALEMENT=20
TAYEB
TAYEBMTMOHAMED50@YAHOO.FR

 
Méssage de : tatar farouk      posté le : 26 mars 2014
salut les amis de la rue randon n 5 blida periode 1950 au
1960 esque vous vous souvienderez d un certain mekhfi hacene habitez au bazar avec bakhta sa compagne est beaucoup d autres arabes comme tatar aicha dite dalila et hada benabi est d autre contacte moi svp pour vous dire comment les gents sont amicalement avec vous merci
farouk152@outlook.com

 
Méssage de : ken-taher      posté le : 25 mars 2014
ce que je viens de mettre ds ce livre c surtout à l'intention de jojo la fleur, ca vous servira de reponse merci, de me comprendre!
doudounhos@hotmail.fr

 
Méssage de : oranie76      posté le : 25 mars 2014
J'ai l immense douleur de vous faire part du départ de Roger Sauval de Menerville - Amitiés Mme brochet née blanco d'Oran Marine
oranie76@free.fr

 
Méssage de : nono      posté le : 25 mars 2014
Bonjour,
Ceci est un hommage à mon grand-père adoré Joachim GRAS d'Aïn -Temouchent et à Antonia de la Nieves(Antoinette) CERDAN épouse GRAS ma grand -mère, tous deux décédés.
Je vous aime .
bj.gras@aliceadsl.fr

 
Méssage de : guest      posté le : 25 mars 2014
bjr à tous
@Ken-taher: touts les souvenirs que tu as naré sur ta ville me rappelle que j'ai connu la même insouciense le même age d'or à Souk-ahras mais la différence c'est que je suis parti trés jeune en 1963 vers l'hexagône et y réside toujours pour ne retourner qu'en 1988,beaucoup de choses ont changés une surpopulation de la ville,une ambiance suffoquante,plus d'autochtones de la ville,c'est devenu en somme qu'un Douar avec l'exode rurale et non plus l'aglomération de mon enfance,je préfére garde mes images juvéniles !
marina.namous@laposte.net

 
Méssage de : ken -taher      posté le : 25 mars 2014
le bonjour à tous le pn,à tous ceux qui ont connu mon pere, smail decedé en novembre dernier.
doudounhos@hotmail.fr

 
Méssage de : ken-taher      posté le : 25 mars 2014
à mr Michel augier!
n'e^tes vous pas le fils de jean augier , décédé en 1958 à Bazoul?
doudounhos@hotmail.fr

 
Méssage de : ken_taher      posté le : 25 mars 2014
Taher 1954. J’avais à peine 5 ans. Nous étions enfants. Insouciants, jouant en toute sécurité sur les espaces naturels entourant les maisons. Les rues étaient vides de voitures. Il y en y avait si peu. Même les vélos étaient rares. Il régnait le calme. La vie s’écoulait bien paisiblement. Une vie de petit village. Il y avait les maisons des colons. Toutes avec un grand jardin. Le grillage entourant la propriété supportait tant de fleurs. Des rosiers. Leur jardin était truffé d’arbres fruitiers. Il contenait des rangées de légumes. C’était un jardin potager également. Enfants, nous passions là, humions les odeurs de toutes ces fleurs avant de nous rendre à l’école quand nous y avons été. Nous disions «Bonjour madame Marie», «Bonjour monsieur Chambon» à ces colons que l’on croisait dans les rues. On nous répondait «Bonjour fiston». Ou alors on embrassait la tête de nos gens adultes. Nous étions heureux. Mais peut-être que ne le savions pas à ce moment là. Car la chose semblait tellement naturelle.

A cette époque, il régnait une ambiance sereine. Nous étions partout entourés de verdure ; des arbres fourmillaient en contrebas des pentes, à l’orée du village. Les plaines à l’entour étaient également verdoyantes. Taher tire son nom de ce qu’il est construit sur une hauteur en cercle appelée «Tahra ». Nous aimions tant gambader au milieu de herbes humides, chasser les oiseaux et grimper aux arbres. Nous étions heureux et encore aux antipodes de nous douter que le tonnerre grondait au loin. Que bientôt, tout allait basculer pour longtemps. Que tout ce qui se passera par la suite nous marquera à jamais d’une empreinte indélébile. Que d’aucuns avaient ressentis de manière très douloureuse… Nous étions trop jeunes pour déceler une quelconque angoisse qui aurait envahis les pensées des adultes en ces temps là. Personne n’en soufflait mot et la vie allait son cours.
Les jours passaient, paraissant se ressembler. Nous grandissions. Il a été le moment d’aller à l’école pour la première fois. La maîtresse nous avait donné des bonbons. Elle était de grande taille, élancée, fine et jolie. Beaucoup d’entres nous en étaient tombés amoureux. Les dimanches il y avait le bal au bar du centre du village. On entendait, sortant du Juke box, la voix de Bill Halley chanter «Clock around de rock», de Chuck Berry avec sa chanson «Sweet Little Sixteen» et d’Elvis Presley dans son célèbre succès «King Créole». Il y avait ces autres chanteurs français aussi, auxquels on ne prêtait pas du tout l’oreille… L’air soufflait plutôt du côté de l’Amérique en ces temps là. Il était plein d’un nouveau rythme. C’était l’épopée du Rock & roll qui s’amorçait.
1958. La guerre faisait rage. Il avait été, en ce temps là, une opération spéciale d‘envergure. Déclenchée par le gouvernement Français pour en finir avec la révolution et les fellagas... Le village avait été envahi de véhicules militaires. Des GMC transportant les troupes. Des jeeps et toute sorte de matériel de guerre. Il y en avait partout stationnés le long de toutes les rues de Taher. Jusqu’aux blindés amphibies pour traverser les rivières. Il y avait des canons attachés à l’arrière des camions. Il y avait aussi plein de militaires. Des bérets rouges, noirs, verts. Ceux en calot, ceux en képi. Il y avait des noirs africains. Et la légion étrangère ; ces mercenaires que l’ont appelait ainsi. Toute la journée le village avait été en effervescence. Puis, au cours de l’après midi, il a été le départ. C’était des colonnes interminables qui se dirigeaient vers les montagnes.
Je me souviens un jour, traversant la place du côté du cinéma, un homme était étendu là. Il avait été placé en son plein milieu. La tête trouée d’une balle. Portant djellaba et pataugas. Sur sa poitrine un écriteau dont je n’avais pas lu entièrement ce qui y était écrit, il avait été juste le mot «fellaga» qui m’avait sauté aux yeux. Et cet autre jour, au cours d’une partie de pétanque que les gens du village se disputaient sur la place de l’église, le colonel de la SAS, arrivant un crâne blanchi sous la main : «Puis-je jouer une partie avec vous messieurs ?» avait-il dit, cyniquement, jetant le froid et l’effroi sur tous. Et ces jours où, sur cette même place, il avait été des gens, les mains levés toute la journée ; pris au cours d’une rafle. Et ces nuits, ces cris étouffés que l’on entendait ; sortant d’entre les murs comme de l’antre du diable. De ces gens que l’ont torturait. Un autre jour, de ce traître, sortant d’une écurie, le manche d’un poignard de boucher dépassant d’entre ses épaules. Il avait été tant de ces histoires qui avaient émaillé toute notre jeunesse jusqu’en 1962…
On se souvient de Georges, le fils du directeur de l’école, phonétiquement son nom était Monsieur «M». Alors que nous étions enfants, il y eu ce jour de Noël, auquel sa femme nous avait été conviés d’assister ; nous étions les voisins d’en face. Notre regard restait accroché au sapin mis dans un coin du salon. Il était parsemé de bandelettes brillantes et tout entouré de guirlandes flamboyant de milles reflets colorés. Puis on nous avait donnés à manger du chocolat et plein de bonnes choses également. Malgré la guerre, il régnait une ambiance bon enfant. Nous jouions avec les fils des colons. On était bons amis. Tout le monde se connaissait. A l’école, nous étions bons élèves. Nous voulions tout savoir en lisant tous les livres qui nous tombaient sous la main. Les illustrés d’abord, ensuite les romans des grands auteurs. On se gavait des histoires d’Émile Zola, de Victor Hugo, d’Émilie Brontë, d’Ernest Hemingway et de tant d’autres. Dont la lecture des œuvres nous emmenait loin, à travers chaque auteur son histoire, vers des contrées et des temps qu’on se plaisaient à imaginer.
Novembre 1960. Le drame ! Les gens étaient sortis manifester à l’appel du FLN. Je ne me souviens pas bien de ce qu’il en avait été au centre de Taher. Nous étions enfermés en classe. Des jeeps passaient à toute vitesse se rendant à l’hôpital en contrebas de l’école. Venant des villages et douars proches. Les militaires avaient tirés sur les civils qui réclamaient l’indépendance. Il y avait des blessés sanguinolents sur des brancards de chaque côté du véhicule. Nous étions effarés. Que se passait-il donc ? C’était toujours la guerre.
Juillet 1962 : l’Indépendance. A cette époque nous habitions en face de la demeure de Ferhat Abbas. Je l’avais vu en tenue militaire sortant de leur demeure pour monter dans une jeep et partir. Les jours qui suivaient étaient faits de liesse populaire. Tout le monde criait «Ay hyiat el Djazaïr». Et puis, immédiatement, il avait été ce jour d’un noir souvenir. Des harkis que l’ont lapidait. J’avais vu un homme étendu à l’arrière d’une camionnette. Le visage boursouflé, tout en sang. Tout le monde s’acharnait sur lui. Lui distribuant coups de canne et frappant a coups de poings et de pierres. C’était l’horreur. Quelque chose avait basculé dans ma tête. Et depuis cet âge de treize ans en 1962, étrangement, j’ai toujours pensé que les lendemains qui chantent ne chanteront plus. D’autres jours on saccageait le cimetière Français.
En ces temps, là il avait été une tristesse qui m’avait étreint et qui ne m’avait plus jamais quitté depuis… Puis il y eut l’envahissement des demeures des colons. Quelques mois plus tard, il n’y eu plus de fleurs le long de leurs grilles, mais des tôles grises. Plus de parfum de roses sur le trajet de l’école. Il n’y eu plus personne à qui dire «Bonjour monsieur, bonjour madame». C’était plutôt des mines étrangères et patibulaires dont on évitait le regard. A ce moment là, il avait été désormais un autre climat. Une culture s’en était allée, remplacée par des traditions ancestrales et tribales qui refaisaient surface de nouveau.
Depuis lors, Taher était en passe de n’être plus ce Taher de notre jeunesse. Il se transfigurait à vue d’œil. Les bâtis avaient commencés au lendemain de l’indépendance. Aujourd’hui, le tissu urbain originel de Taher a totalement disparu. Plus personne ne reconnaît plus personne. Tous sont des étrangers les uns aux autres. L’anonymat complet dans ce qui est devenu un grand douar cauchemardesque, sorti en droite ligne d’un film d’horreur du plus mauvais goût.


 
Méssage de : joliprintemps      posté le : 22 mars 2014
je m appelle amir ecole cazenave blida 1956 a 1960 puis lycee duveyrier blida 1960 a 1965 puis lycee bugeaud alger 1965 a 1968 aimerais avoir des nouvelles de ceux qui se reconnaissent la dedans. mes copains etaient jacques nacache pierre boschkovitch christian gagneux tussing djaider abdennebi....

 
Méssage de : liliane06      posté le : 21 mars 2014
j'aimerai que quelqu'un me donne dans la mesure du possible nouvelles de barranco jean_pierre de mostaganem c'est un ami de la famille je suis de relizane depuis 1962!!merci cordialement..
G.SARRAZIN@YAHOO.FR

 
Méssage de : jojo lafleur      posté le : 17 mars 2014
un jour la mort dans l’âme nous avons pris une valise quand nous avons pu le faire et nous sommes parti. laissant derrière nous tous le travail fait par nos anciens, nos maisons nos morts. Nous étions plus chez nous comme nous le pensions.Nous avons refait une vie ici souvent avec beaucoup de difficultés.Maintenant les P N sont reçu avec des bienvenus chez vous. Mais nous ne sommes plus chez nous.Bien des maisons sont par terre par manque d'entretien. dernièrement j'ai eu des photos de mon village. l"église que nous avions restauré est devenu mosquée, le cimetière il ne reste que l'entourage,après avoir été saccagé, les oliviers plantés par mon arrière G P en 1880 après avoir défriché la terre ils ne l'ont pas trouvé prête a planter, il a fallu suer. En 62 ils étaient magnifiques maintenant ils ont été arraché pour faire de mechtas alors qu'ils y avait des terrains non irrigables ou ils pouvaient bâtir et profiter des ces arbres qui rapportaient.J'ai même aperçu la maison de ma mère ils ont rajouté un étage. Jamais je ne retournerai dans ce pays et je ne suis pas seul a penser ça.Qu'ont-ils fait de leur indépendance?Je vous salue bien.jojo

 
Méssage de : genevieve_PN_de_Blida      posté le : 16 mars 2014
Voici un autre lien que certains connaissent certainement puisque le récit retrace le séjour d'un vieux couple de PN dans la ville de leur premier amour.
Un récit à vous fondre en larmes tellement l'être humain est sensible devant la chaleur de l'accueil de ceux des nôtres de la part de ceux que nous avons côtoyés et qui ont un trop plein d'amour et de tendresse envers la communauté PN.
Le couple se voyant tirer vers la fin et, sur un simple coup de tête, se sont retrouvés à arpenter la ville de Blida qu'ils ont quittée voilà 50 ans.
A lire et à relire et à faire profiter ceux de votre entourage.
Vive l'amitié entre les peuples !!!
Bonne lecture
http://djelloulzeynouelabidine.unblog.fr/2014/02/20/pelerinage-d_un-vieux-couple-pn-a-blida/
genevievedziuba@yahoo.fr

 
Méssage de : genevieve_PN_de_Blida      posté le : 15 mars 2014
Vraiment désolée et si ce n'était pas les nombreux mails qui me sont parvenus , je n'aurai pas remarqué que dans mon message du-dessous daté du 13 Mars 1962, j'ai carrément omis de joindre le lien de la passionnante histoire vécue par un couple de PN en pèlerinage dans la ville de leur premier amour : Blida.
Veuillez m'excusez pour cette omission.
Merci et, cliquez ci après :
http://djelloulzeynouelabidine.unblog.fr/2014/03/08/19-mars-1962-a-midi-cessez-le-feu-en-algerie/

 
Méssage de : cloclo      posté le : 15 mars 2014
Mon mari Denis VALVERDE habitait a port aux poules et la maison aux volets bleus était pas loin de l église Il y avait le mess des officiers et pas loin la vigne de les combe et il y avait une dame qui s appelée gagner son père a Denis s appelé joshef il avait lui aussi de la vigne si vous avez connus et si vous avez des photos de la villa merci pour lui
marie.claudine.VALVERDE@gmail.com

 
Méssage de : cloclo      posté le : 14 mars 2014
Mon mari a vécu a port aux jusqu'à 1962 il à quitte ilavait10ans Denis VALVERDE son père Josèphe qui pourrer m envoyer des photos de ce village ainsi une de la villa qui avait des volets bleues je vous remercie
marie.claudine.VALVERDE@gmail.com

 
Méssage de : mohamed.zedek5      posté le : 14 mars 2014
je suis a la recherche de mon cher ami de classe de l école de cité rurale orléansville qui s appel noel gazelle on était en classe chez mm puyol ou mr la garde
mohamed zedek@outlook.fr

 
Méssage de : genevieve_PN_de_Blida      posté le : 13 mars 2014
Je joins un récit passionnant qui a lu et relu des dizaines de fois par amour à cette terre d'Algérie.
C'est un récit d'une vieille mamie de 89 ans qui a tenu à l'écrire pour témoigner de la chaleur des retrouvailles d'une famille PN avec la communauté Arabe d'Algérie.
A chaque fois que je le relis, je me retrouve noyée dans les larmes . Il est vrai que les Arabes d'Algérie sont un peuple magnifique et, ce qui est plus beau encore, qu'ils ont tourné la page des le 19 Mars 1962 et n'ont AUCUNE animosité envers nous autres.
Vous pouvez commenter le texte puisque , me semble-t-il il existe une partie réservée à cet égard.
Bonne lecture à vous tous
Mille bisous des plus chaleureux à tous les PN
Merci et Bravo à ce magnifique site : DENISDAR

genevievedziuba@yahoo.fr

 
Méssage de : bb de belcourt alger      posté le : 12 mars 2014
je voudrais retrouver un ami que j,ai connus a l,armèe en 1961 au cism 3 a l,alma marine sont non de famille et (laloume) il etait de constantine maitre chien a l,armèe a (ouargla) son chien s,appelait (èvtot)un berger allemand en espèrant une reponse
albert.marin0596@orange.fr

 
Méssage de : lucette      posté le : 12 mars 2014
bonjour à tous les amis du site et visiteurs,
Notre ami Louis Garrigos recherche pour réunion/retrouvailles annuelles,d'anciennes et d'anciens des écoles filles et garçons de Montplaisant(Oran)et des quartiers de Bel-Air et Montplaisant...Munoz,Mora...Morales etc!
Les prochaines retrouvailles sont pour le 27 Avril 2014.Toutes personnes connaissant de prés ou de loin des habitants de ces quartiers,sont priés de bien vouloir l'en informer ou les informer.voici ses cordonnées:Louis Garrigos 38 Bis Rue Joseph Desbois,69330 Meyzieu Tel:06.03.78.14.92*24x24h
louis.garrigos@neuf.fr. en vous remerciant d'avance.. Lucette
michelucette63@gmail.com

 
Méssage de : lucette      posté le : 12 mars 2014
bonjour à tous les amis du site et visiteurs,
Notre ami Louis Garrigos recherche pour réunion/retrouvailles annuelles,d'anciennes et d'anciens des écoles filles et garçons de Montplaisant(Oran)et des quartiers de Bel-Air et Montplaisant...Munoz,Mora...Morales etc!
Les prochaines retrouvailles sont pour le 27 Avril 2014.Toutes personnes connaissant de prés ou de loin des habitants de ces quartiers,sont priés de bien vouloir l'en informer ou les informer.voici ses cordonnées:Louis Garrigos 38 Bis Rue Joseph Desbois,69330 Meyzieu Tel:06.03.78.14.92*24x24h
louis.garrigos@neuf.fr en vous remerciant d'avance.. Lucette
michelucette63@gmail.com

 
Méssage de : MARYSE      posté le : 11 mars 2014
Grace a vôtre site,j'ai eue une grande émotion....!!!
Un coup de téléphone le 28mars...D'abord un peu tétanisée puis tres vite submergée par tant de souvenirs,mon cousin me retrouvait 47ans apres
Merci pour cet immense bonheur
marysedoran@orange.fr

 
Méssage de : TATAR FAROUK      posté le : 8 mars 2014
SALUT LES AMIS DE LA RANDON N=05blida esque vous pouvez m aider a me trouver j ai ete kidnape par un groupes comme suite mekki hacene et Meziani kheirdine officier d etat civil a la mairie de blida epoque 1960 c est si possible que l qu un de vous peut maider a edentifier ces gents ou peut savoire quelque renseignement de plus merci beaucoups de votre attention mon n tel 0557021061

 
Méssage de : guest      posté le : 5 mars 2014
bonjour
je recherche un français d'Algérie de souk-ahras je dois dire pied-noir à l’époque on le prénommait "pierrot",qui habitait au bout de la rue pasteur en allant vers le ruisseau de la rue des jardins en coin les grands escaliers descendant vers la rue des écoles,on était copain avec un autre qui s’appelle majid, on avait une dizaine d’années chacun et perdu de vu depuis 1963 à peu prés, je vis en france depuis cette époque et j’aimerai avoir un contact avec "pierrot" (nom de famille oublié) si quelqu’un le connait ou lui même s’il vient sur ce lieu, je viendrai souvent pour lire peut être une réponse de sa part ou par d’autres, merci à tous cordialement !

 
Méssage de : scarlett      posté le : 2 mars 2014
Bonsoir à tous,
J'ai vécu à Bab-El-Oued 23 ans et suis partie comme beaucoup d'entre-nous avec une valise, en espérant revenir! Mais cela a été un aller sans retour, comme on le sait.
Les évènements et la rigueur de mon éducation paternelle ne m'ont pas permis de connaitre beaucoup de monde(j'étais "la promise" d'un garçon que j'aimais)
mais j'aimerai bien correspondre avec ceux qui le voudront, histoire de parler du pays !!
En attendant, je vous fais toutes mes amitiés "pied-noir" et vous dis peut-être à bientôt? Jacqueline.

 
Méssage de : J.P      posté le : 1 mars 2014
Je remercie l'ensemble du personnel qui œuvre pour le site des "P.N".Le 28 février 2014 j'ai retrouvé une cousine germaine perdue de vue...depuis 46 ans...Que du BONHEUR.Cordialement.

 
Méssage de : SISSI      posté le : 1 mars 2014
Bonjour à tous
Je recherche pour des Amis qui étaient au collège de Maison-carrée la prof de sport Mme.Laguette
Vous pouvez me contacter sur mon Mail où sur mon site
www.lesenfantsdusoleil.fr
Merci à bientôt

 
Méssage de : elianeamaroli      posté le : 27 fvrier 2014
Atous les habitants de BERTHELOT je voudrais leur dire que souvent mes pensées vont vers ce cher village de ma jeunesse et toutes ces personnes que je porte dans mon coeur et que je n'oublierai jamais meme si j'ai peu de contact avec eux .BIEN AMICALEMENT.
elianeamaroli46@gmail.com

 
Méssage de : sabria et rafik      posté le : 25 fvrier 2014
comme la terre est petite nous aimerions savoir si mme et mr martinez de mostaganem sont toujours vivants ! et également des nouvelles de mme et mr algudo (les routes goudronnées de l'empeinte algudo sont toujours en l'étatla couturière de mostaganem attend des bonnes nouvelles de mme martinez .
wwwrafikbensafta@gmail.com

 
Méssage de : Sylviane      posté le : 23 fvrier 2014
Bonjour,

Je suis née à Boufarik et j'ai vécu à Castiglione où mes parents avaient une boulangerie-pâtisserie et j'aimerais rentrer en contact avec des ami(e)s qui vivaient dans ces villes et alentours. A bientôt. Sylviane CLARAC
s.clarac@orange.fr

 
Méssage de : milos      posté le : 22 fvrier 2014
je suis Orleansvillois ,( cité rurale )j'aimerais bien retrouver les copains de classe ,comme les frères Blosco , les frères Cazorla ,et , d'autres .mes amitiés à tous les Orleansvillois .
milo-ghol@orange.fr

 
Méssage de : mick      posté le : 19 fvrier 2014
Blida dans les années 1942-1946 lycée Duveyrier qui a connu l'économe Mr Baldacci Michel.
Merci de me contacter
amicalement PN
mick.jf@free.fr

 
Méssage de : jojo la fleur      posté le : 17 fvrier 2014
A vous Geneviève de Blida. Je suis ravi que vous ayez du plaisir a retourner en Algérie,et que vous soyez bien reçu. Pour ma part je ne retournerais jamais dans ce pays que j'aime que mes G P ont contribué a faire.Je penserai toujours a toutes ces personnes assassinés et disparus,a tous ces gens sans sépultures a la douleur de leur famille , bien que je n'ai perdu personne pendant cette guerre.Je vous salue bien
jojo de r
m.relizane92@gmail.com

 
Méssage de : kaddem      posté le : 17 fvrier 2014
bonjour tout le monde ...si c'est possible j'aimerai tant retrouver quelques amis d'enfance avec lesquels j'ai passé des années merveilleuses, je ne suis pas prêt de les oublier .
Carasco,Martinez,paul, jean pierre,pPierot....je leur souhaite tout le bohneur du monde.ces gens habitaient Sahouria pret de perregaux.
kademadda@gmail.com

 


01234567   8 91011121314151617181920212223242526272829303132333435363738

Livre d'or des Pieds Noirs
Pour poster un message cliquez ici.


Haut de page